THÈSE D’UNE ÉTUDIANTE BRÉSILIENNE EN BIOLOGIE

2018. Crédito: Arquivo Pessoal. Estudante brasiliense premiada em Londres. Thais Vasconcelos.

Thaís Vasconcelos, 29 ans, diplômée en biologie, a obtenu un Master en botanique à l’Université de Brasília (UnB). Elle a gagné le Prix annuel John C Marsden Medal, à la Linnean Society de Londres. Cette récompense, remise à la meilleure thèse de doctorat en biologie des programmes de troisième cycle du Royaume-Uni, est l’une des distinctions les plus prestigieuses du monde de la science.

Thaís est la première latino-américaine à gagner un prix de la Linnean Society dans cette catégorie depuis que les prix annuels ont été établis en 1888. Pour son doctorat, elle est partie étudier en Grande-Bretagne grâce à une bourse de la Capes et de l’ancien programme Sciences sans Frontières.

“Ce que je fais, c’est reconstruire l’histoire évolutive de groupes de plantes à travers la comparaison du matériel génétique de différentes espèces. Ainsi, nous découvrons qui est plus proche de qui et nous pouvons comprendre quand un groupe a surgi dans l’histoire”, explique-t-elle. La recherche aide à comprendre des caractéristiques de plantes, telles que la coloration des fleurs et leur préférence pour des altitudes élevées ou au bord de rivières, par exemple. Avec ces informations, il est possible d’estimer « l’âge » de l’espèce.

Le travail récompensé de Thaís a étudié la famille des myrtacées, qui comprend des plantes comme la pitanga et l’eucalyptus (oui, ils sont de la même famille !). “Parmi les découvertes les plus intéressantes, c’est que ces plantes, très diverses en Amérique du Sud, ont leurs origines dans l’ancien continent de la Zélande (actuelle Nouvelle-Zélande) et sont arrivées il y a environ 40 millions d’années ici, par l’Antarctique, quand celle-ci n’était pas encore couverte par le gel. Nous le savons à cause de la parenté entre les plantes de cette région et celles d’ici, et également à cause des fossiles en Antarctique et en Patagonie », raconte-elle.

La Linnean Society de Londres, institution qui a remis le prix, a été fondée en 1788, et c’est la plus ancienne société pour l’étude de l’histoire naturelle du monde. Son siège, au centre de Londres, est connu dans le monde de la biologie comme l’endroit où la Théorie de l’évolution a été présentée pour la première par Darwin et Wallace, en 1858.

“Il est clair que la méthode scientifique exige de la rigueur en matière de tester des hypothèses, mais la créativité et la curiosité sont très souvent les éléments les plus importants pour arriver à des conclusions plus intéressantes. La science a besoin de plus de personnes créatives, de plus de curiosité”, dit Thaís.

Lire l’article du Correio Braziliense (en portugais) :

https://www.correiobraziliense.com.br/app/noticia/eu-estudante/ensino_ensinosuperior/2018/03/30/ensino_ensinosuperior_interna,669807/tese-de-ex-unb-e-considerada-a-mais-importante-para-biologia-no-mundo.shtml

149 vues totales, 1 aujourd'hui

Mots-clefs :