Stratégie nationale pour la transformation numérique

Stratégie nationale pour la transformation numérique – « E-digital » Brasilia 2018

PRÉSENTATION

Un programme pour la société numérique de l’avenir.

La Stratégie brésilienne pour la transformation numérique (Estratégia Brasileira para a Transformação Digital, « E-Digital ») est le fruit d’une initiative du gouvernement fédéral, sous la coordination du ministère des Sciences, de la Technologie, de l’Innovation et des Communications, avec la participation active des membres du groupe de travail interministériel chargé de son élaboration. Ce noyau responsable de la formulation du projet a eu des échanges avec plus de 30 organismes de l’administration publique fédérale tout au long du processus.

Le présent document est l’aboutissement d’un parcours qui a débuté par une décision présidentielle formulée à partir d’une recommandation du Conseil pour le développement économique et social (Conselho de Desenvolvimento Econômico e Social – CDES) du Brésil, à l’occasion de sa 46e séance plénière[1]. L’Exécutif a décidé qu’une proposition de stratégie à long terme pour l’économie numérique devait être élaborée avant la fin de l’année 2017. Le résultat est par ailleurs le reflet de l’engagement important de la part du secteur productif, de la communauté scientifique et universitaire et de la société civile au cours des différentes étapes du projet. Nous avons noté une forte participation aux conférences et ateliers pendant le processus de formulation de la stratégie, mais aussi pendant la consultation publique du document de base, qui a reçu des milliers d’accès et de contributions. Cette démarche a permis de réviser et de parfaire la stratégie « E-digital », qui se consolide désormais comme une politique publique à mettre en œuvre.

Les transformations rapides survenues dans l’économie et la société avec l’arrivée du numérique soulèvent de nouveaux défis pour le gouvernement. Les actions stratégiques définies dans le présent document sont axées sur le rôle du gouvernement en tant que préparateur et facilitateur de cette transformation numérique dans le secteur productif du pays, sur le renforcement des compétences pertinentes à cette nouvelle réalité, et sur l’intervention de l’État comme prestataire de services et garant des droits.

La stratégie « E-Digital » pose un vaste diagnostic des défis à relever, et propose une vision de l’avenir, un ensemble d’actions stratégiques qui devrait nous rapprocher de cette vision, et des indicateurs pour évaluer notre progression vers la réalisation de nos objectifs. Il importe de souligner que la stratégie doit être une politique publique « vivante », faisant l’objet d’un suivi, d’évaluations et d’ajustements constants, dans la mesure où le rythme des changements liés au numérique à l’échelle mondiale a tendance à s’accélérer. Mais l’essentiel, c’est surtout que le pays aborde cette transformation comme une occasion pour lui de faire un bond qualitatif. Les innovations numériques apportent des outils qui permettront de transformer en profondeur les interventions du gouvernement, la compétitivité et la productivité des entreprises, le renforcement des compétences de chaque individu et l’inclusion sociale, afin que tous puissent évoluer et s’épanouir.

INTRODUCTION

Tirer pleinement parti du potentiel des technologies numériques pour augmenter la productivité, la compétitivité et les niveaux de revenus et d’emploi dans l’ensemble du pays, en vue de construire pour tous une société libre, juste et prospère.

Les technologies numériques sont de plus en plus présentes dans nos vies, que ce soit à la maison, au travail, dans les écoles, dans les moyens de communication ou dans les interactions sociales. Si le Brésil veut pouvoir profiter pleinement de la révolution numérique, et tirer tous les avantages qu’offre la société de l’information et du savoir, son économie doit se transformer, de manière active, compétitive et inclusive, en intégrant le numérique à ses processus, ses valeurs, et ses connaissances.

L’économie du futur sera numérique, et devra inclure tous les Brésiliens. Une économie moderne et dynamique ne peut l’être que si elle offre l’égalité des chances dans toutes les régions du pays.

Le numérique est un domaine qui a pris une importance capitale dans les économies modernes, et les pays leaders se positionnent stratégiquement sur la question. De nombreux pays cherchent à renforcer leurs compétences et avantages fondamentaux, tout en comblant de grandes lacunes, afin de maximiser les bénéfices de l’économie numérique. Selon la vitalité de leur économie et leurs principales forces productives, certains pays ambitionnent de devenir des leaders dans des secteurs spécifiques et prometteurs, tels que la robotique, l’intelligence artificielle, la fabrication de haute précision et les innovations financières associées au numérique ; d’autres remanient leurs cadres règlementaires en vue de profiter pleinement du potentiel des nouvelles technologies. La recherche de la compétitivité dans les entreprises numériques, la dématérialisation des services publics, la création d’emplois qualifiés dans la nouvelle économie, et la mise en œuvre de politiques pour une éducation plus performante et plus avancée sont quelques-unes des priorités d’intervention en vue du passage au numérique dans le monde.

Il n’en ira pas différemment pour le Brésil. Il nous faudra mettre à profit nos atouts pour répondre aux défis et avancer dans la numérisation de l’économie. S’il est vrai que le pays dispose d’avantages compétitifs solides et marqués dans certains domaines – son industrie agro-alimentaire bien développée, ses secteurs industriels et des services robustes, sa diversité culturelle, son économie importante et diversifiée, son marché de consommation attractif – force est de constater qu’il lui reste des obstacles considérables à surmonter.

En gardant ces questions à l’esprit, nous avons a mené un travail d’évaluation de scénarios et d’élaboration d’une stratégie à long terme, qui a abouti à la présente Stratégie nationale pour la transformation numérique – E-Digital. Un groupe de travail composé de plusieurs organismes du gouvernement a œuvré en collaboration avec des représentants des différents secteurs de l’économie et de la société civile, pour dresser des diagnostics et avancer des visions pour l’avenir, en proposant des initiatives alignées à la vision stratégique.

L’une des priorités de « E-Digital » est de replacer les actions stratégiques dans le contexte des grands programmes internationaux pour le développement, tels que les Objectifs de développement durable[2] à l’horizon 2030, des Nations unies. Des 17 objectifs et leurs 169 cibles, une concerne spécifiquement les technologies de l’information et de la communication, et fait explicitement référence à leurs indicateurs[3]. Cependant, la transition numérique peut également avoir une incidence directe ou indirecte sur plusieurs des autres objectifs et cibles des ODD :

  • Objectif 1 – Élimination de la pauvreté : inclusion financière des plus démunis, grâce à une combinaison de bornes mobiles connectées à Internet, de paiements mobiles et de nouveaux instruments financiers dans le contexte numérique.
  • Objectif 2 – Lutte contre la faim : Internet des objets, pour augmenter la productivité dans l’agroalimentaire, réduire les pertes dans les campagnes et dans le transport et la distribution.
  • Objectif 3 – Santé et bien-être : utilisation de bornes mobiles avec accès aux bases de données médicales, mise en œuvre de dossiers médicaux informatisés ; Internet des objets, pour le suivi et les diagnostics à distance.
  • Objectif 4 – Éducation de qualité : ordinateurs avec accès à des contenus numériques, enseignement à distance, formation d’enseignants et renforcement des compétences.
  • Objectif 9 – Industrie, innovation et infrastructures : expansion des infrastructures Internet, entrepreneuriat numérique, Internet des objets.
  • Objectif 13 – Lutte contre les changements climatiques : réseaux de capteurs reliés à des bornes connectées à Internet, permettant la mise en œuvre d’interventions rapides dans le cadre de la prévention et de l’atténuation des effets des catastrophes naturelles.

Outre les activités de l’ONU, il est important de mentionner le Forum économique mondial (World Economic Forum), qui compile annuellement l’Indice de compétitivité mondiale (Global Competitiveness Index – GCI)[4].

Cet indice compare les économies de 137 pays et définit la compétitivité comme un ensemble d’institutions, de politiques publiques et d’autres facteurs qui déterminent le niveau de productivité, en cherchant à refléter le niveau de prospérité que chaque pays peut atteindre. Le GCI combine 114 indicateurs différents qui tentent de saisir ces données, en incorporant des statistiques de différentes organisations internationales.

Actuellement, le Brésil occupe le 80e rang du GCI. C’est une position en deçà de la performance que le pays peut atteindre, qui a un impact sur le niveau d’attractivité du Brésil pour les nouveaux investissements, et l’image brésilienne sur la scène internationale, avec des retombées négatives sur son développement économique et social. L’objectif de cette stratégie est donc d’élever de manière significative la position du Brésil dans ce classement au long des cinq prochaines années. Le progrès de cet indice et d’autres sera associé au succès de l’économie brésilienne, y compris l’économie numérique du pays.

Une étude récente[5] montre que l’économie numérique représentait environ 22% du PIB brésilien en 2016, pouvant atteindre 25,1% du PIB en 2021, et indique qu’une stratégie numérique optimisée peut apporter une augmentation de 5,7% (soit l’équivalent de 115 milliards de dollars) du PIB estimé pour une année déterminée. Une autre étude[6] considère que, dans les prochaines années, l’économie numérique mondiale devrait avoir un rythme de croissance 2,5 fois supérieur à celui de l’économie mondiale en général. Cette économie numérique mondiale devrait représenter un montant de 23 mille milliards de dollars en 2025.

Afin d’observer la contribution de la transformation numérique à la compétitivité globale du Brésil, la stratégie « E-Digital » a adopté certains indicateurs et données de comparabilité internationale, notamment ceux élaborés par les agences spécialisées des Nations unies, dont :

  • Infrastructure : l’Indice de développement des TIC de l’Union internationale des télécommunications (IDI)
  • Cybersécurité : l’Indice de cybersécurité dans le monde de l’Union internationale des télécommunications (GCI)
  • Commerce électronique : l’Indice du commerce électronique B2C de la Conférence des Nations unies pour le commerce et le développement
  • Gouvernement électronique: l’Indice de développement de l’administration en ligne de l’ONU (EGDI)

Il est certain que des changements sont nécessaires pour apporter des améliorations à la société, et que ces transformations peuvent avoir des effets plus positifs pour certaines personnes que pour d’autres. Cependant, le rôle de la stratégie « E-Digital » est de coordonner les différentes politiques publiques pour que l’appropriation des technologies numériques se fasse le plus largement possible, sans de graves dommages sociaux ou dans des secteurs économiques entiers, en faveur de la construction d’une société plus libre, juste, solidaire et prospère économiquement.

La numérisation ouvre de nouvelles opportunités sur de nombreux fronts. Il est déjà possible aujourd’hui d’imaginer plus d’égalité dans l’accès aux ressources éducatives, sans que ne pèsent la localisation géographique, les revenus, la « race », le genre et d’autres facteurs. Il existe de plus en plus d’avantages économiques grâce à l’automatisation, l’analyse statistique et la prise de meilleures décisions fondées sur l’utilisation d’algorithmes et de données. De nouveaux thèmes sur la protection de la vie privée et les droits des individus apparaissent avec la dissémination rapide d’informations et la valeur économique croissante de leur utilisation. Des services à la santé plus accessibles, moins chers et de meilleure qualité pour tous sont aussi une opportunité prometteuse issue des technologies numériques.

De manière similaire à celle d’autres pays, la stratégie « E-Digital » cherche à coordonner les différentes initiatives gouvernementales liées à cette question autour d’une vision unique, synergique et cohérente, afin de soutenir la numérisation des processus productifs et la formation à l’environnement numérique, en vue de promouvoir la création de valeur et la croissance économique. Les innovations dans ce domaine supposent également la création et la mise à jour de cadres réglementaires adaptés. De plus, elles requièrent une structure d’aide à la gouvernance de la stratégie numérique, qui coordonnerait les mécanismes institutionnels existants et garantirait que la priorité soit donnée à la mise en œuvre, au contrôle et à l’évaluation des résultats des projets. Sur la base de ces prémisses et éléments initiaux, le modèle conceptuel suivant a été trouvé :

 

Le tableau suivant détaille les différents thèmes déclinés à partir du concept initial :

La division par thèmes de la stratégie de transformation numérique de l’économie et de la société est proposée afin de faciliter la compréhension de l’enchaînement des actions envisagées. Le processus de numérisation de l’économie est plus complexe, puisqu’il comprend des questions transversales et des croisements réciproques. Les actions identifiées grâce à ce travail ont été conçues en tenant compte de cette interdépendance, avec une vision stratégique, sans être isolées, chacune contribuant à renforcer les effets de l’autre.

À partir du modèle conceptuel ci-dessus, la stratégie « E-Digital » s’est appuyée sur deux grands groupes d’axes thématiques : des axes préparatoires et des axes de transformation numérique.

Les axes préparatoires visent à créer un environnement propice à la transformation numérique de l’économie brésilienne, grâce à des projets essentiels pour donner de l’élan à la numérisation. Ces projets comprennent les infrastructures et l’accès aux technologies de l’information et de la communication ; des actions dans la recherche, le développement et l’innovation ; le développement d’un environnement réglementaire approprié ; des normes et des régimes qui encouragent la confiance dans l’univers numérique ; l’acquisition de compétences éducatives et professionnelles adaptées à l’économie numérique ; et l’insertion internationale du Brésil.

Cet environnement préparatoire est propice aux activités qui favorisent la transformation numérique, aussi bien chez les pouvoirs publics que dans le secteur productif. Ainsi, les actions spécifiques ont été regroupées en axes :

  • Transformation numérique de l’économie (axe de l’économie basée sur des données, axe d’un monde de dispositifs connectés, et axe des nouveaux modèles d’affaires rendus possibles par les technologies numériques), et
  • Transformation numérique du gouvernement, visant le plein exercice de la citoyenneté dans le monde numérique et la prestation de services à la société.

Les défis pour la mise en œuvre de tels projets sont nombreux. C’est pourquoi cette stratégie prévoit, dès sa formulation, la cohérence et la synergie des différents acteurs, dans le but de profiter totalement du potentiel que les technologies numériques ont à offrir, avec une croissance réelle du pays et la distribution des avantages de l’économie du futur pour tous.

[1] Conselho de Desenvolvimento Econômico e Social. Determinações Presidenciais sobre as Recomendações do 1º ciclo dos Grupos de Trabalho (GTs) do CDES – 2017. [en ligne]. <http://www.cdes.gov.br/Plone/biblioteca/busca/reuniao-plenaria/deliberacao/determinacoes-presidenciais-do-1o-ciclo-degts/view> (Consulté le 29/09/2017)

[2] Nations unies. Conheça os novos 17 Objetivos de Desenvolvimento Sustentável da ONU. [en ligne]. <https://nacoesunidas.org/conheca-os-novos-17-objetivos-de-desenvolvimento-sustentavel-da-onu> (Consulté le 29/09/2017)

[3] Il s’agit de l’Objectif 9, cible 9c : « Accroître nettement l’accès aux technologies de l’information et de la communication et faire en sorte que tous les habitants des pays les moins avancés aient accès à Internet à un coût abordable d’ici à 2022 »

[4] Forum économique mondial. The Global Competitiveness Report 2016–2017. [en ligne]. <http://www.weforum.org/reports/the-global-competitiveness-report-2016-2017-1> (Consulté le 06/07/2017)

[5] Accenture. Digital Disruption: The Growth Multiplier. [en ligne]. <https://www.accenture.com/us-en/insight-digital-disruption-growth-multiplier> (Consulté le 14/09/2017)

[6] Oxford Economics. Digital Spillover – Measuring the true impact of the digital economy. [en ligne]. <http://www.huawei.com/minisite/gci/en/digital-spillover/files/gci_digital_spillover.pdf> (Consulté le 06/09/2017)