Diplômes et équivalences

Tableaux comparatifs d’équivalence France-Brésil

a- Tableau comparatif des systèmes scolaires français et brésilien :

b – Tableau comparatif d’équivalence universitaire (le tableau comparatif ci-dessous est illustratif et ne présente pas de correspondance exacte) :

Tout d’abord, il est difficile de considérer une équivalence entre un diplôme de graduação et une licence ; ceci parce que, même si le nombre d’heures est similaire, la graduação se fait en 4 à 5 ans, alors que la licence est réalisée en 3 ans, étant donné que le nombre d’heures par semaine est différent. Ainsi, un étudiant brésilien aura en général une expérience plus grande (stage de longue durée). De plus, le contenu de la licence est plus généraliste que celui de la graduação, diplôme orienté vers une profession.

En principe, il existe une incompatibilité de un an. Les universités et leurs jurys sont autonomes pour encadrer les étudiants venant de l’étranger et des autres universités brésiliennes.

tableau

Revalidation de diplômes français au Brésil

 

Légalisation et reconnaissance de diplômes universitaires

Quant à la validité d’un diplôme à l’étranger, il existe deux processus différents : sa légalisation (nécessaire pour qu’un document ait une existence légale reconnue dans le pays, sans jugement de valeur sur son texte) et sa reconnaissance postérieure (pour que le contenu du texte, sa teneur et les informations qu’il contient soient reconnus dans le pays).

1) Légalisation de diplômes

Afin d’être reconnus légalement au Brésil, les diplômes, certificats et autres documents étrangers doivent être légalisés – à l’exception des documents délivrés par les universités françaisesLe Brésil et la France n’exigent pas la légalisation des documents délivrés par les établissements d’enseignement de l’autre pays. 

Côté français, cette dispense de légalisation est fondée sur la pratique bilatérale au long de nombreuses années et sur le décret (français) nº 2000-940, qui dispose qu’entre la France et le Brésil : « Les actes publics établis sur le territoire de l’un des deux États sont dispensés de légalisation ou de toute formalité analogue lorsqu’ils doivent être produits sur le territoire de l’autre État ». Le gouvernement français considère que tous les documents délivrés par des établissements d’enseignement sont concernés par cette dispense de légalisation.

Côté brésilien, l’exemption repose également sur la pratique bilatérale appliquée au fil des ans, et sur l’avis du Conseil national de l’éducation (Conselho Nacional de Educação, CNE), approuvé le 7 octobre 2009 et homologué par le ministre de l’Éducation dans une décision publiée au journal officiel brésilien le 13 novembre 2009. En vertu dudit avis, les établissements brésiliens ne doivent plus exiger de copies certifiées conformes de documents scolaires ou universitaires délivrés par des établissements d’enseignement supérieur français.

Il n’est donc pas nécessaire de faire légaliser en France un document (diplômes scolaires ou universitaires, certificats, dossiers scolaires) délivré par un établissement d’enseignement brésilien ; de même, les documents délivrés par des établissements d’enseignement français n’ont pas besoin d’être légalisés au Brésil.

2) Reconnaissance de diplômes

Pour être valides, les diplômes obtenus en France devront être soumis à un processus de reconnaissance au Brésil. Concernant les diplômes de 3e cycle, cette reconnaissance doit être faite par une université brésilienne proposant une formation de 3e cycle, évaluée et reconnue, dans le même domaine et ayant un niveau équivalent ou supérieur. Sur la base du principe de l’autonomie universitaire en vigueur au Brésil, chaque université est autonome dans ses processus de revalidation. Le ministère de l’Éducation brésilien a lancé la plateforme Carolina Bori, qui a unifié, simplifié et donné plus de transparence au processus de reconnaissance de diplômes. N’importe quelle personne peut faire une demande de reconnaissance d’un diplôme étranger, et suivre l’état d’avancement de son dossier à travers cette plateforme.

 

Reconnaissance du Baccalauréat au Brésil : Vous devez adresser au Ministério da Educação le diplôme et vos relevés de notes (bulletins scolaires – « histórico escolar ») accompagnés de leur traduction assermentée. Les délais sont de quelques jours, voire plusieurs semaines. Par la suite vous devrez en principe passer l’examen « Vestibular » que chaque université organise au mois de décembre pour l’année académique suivante (rentrée en février).

 

Reconnaissance de certificats d’études au niveau primaire et secondaire

La revalidation d’études au niveau primaire et secondaire est effectuée par les Secrétariats d’Etats à l’éducation et n’implique pas de démarches auprès du ministère de l’Education.

  1. Traduction du livret scolaire et du diplôme, de préférence par un traducteur public assermenté, ou une école de langue étrangère adéquate, dont le traducteur possède une formation en Lettres et un diplôme reconnu auprès du MEC.
  2. Avoir le livret scolaire relatif aux études effectuées auparavant au Brésil.
  3. Ces documents réunis, il est recommandé de s’adresser au secrétariat d’état à l’éducation de l’état où l’on va résider et solliciter l’équivalence.
  4. Une fois l’équivalence obtenue, vous serez apte à continuer vos études au niveau primaire et secondaire ou utiliser la documentation pour les dispositions relatives à l’accès aux cours supérieurs.

OBS: Si vous partez ou revenez d’un pays faisant partie du MERCOSUR, sachez que :

  • Il existe le Protocole d’Intégration Educative et Reconnaissance de Certificats, Titres et Etudes de Niveau Primaire et Secondaire Non Technique  (Protocole de Integração Educativa e Reconhecimento de Certificados, Títulos e Estudos de Nível Fundamental e Médio Não-Técnico), signé en 1994 et en vigueur depuis 1995.
  • Ce Protocole fournit la validation des études de l’enseignement primaire et secondaire non technique, par le biais des certificats envoyés par les établissements officiellement reconnues en Argentine, au Brésil, au Paraguay et en Uruguay, dans les mêmes conditions établies par le pays d’origine, en conformité avec la grille d’équivalence.
  • La grille d’équivalence d’études du MERCOSUR  a été actualisée en 2004, en vertu du processus de reformulation éducative brésilienne, avec l’inclusion de neuf ans de l’enseignement primaire pour tous les pays du MERCOSUR. Pour plus d’informations sur les équivalences, consultez la page  www.sic.inep.gov.br.
  • Même en possession de toute la documentation à jour, dûment traduite et légalisée, le candidat devra se conformer aux règles du pays de résidence pour l’obtention d’une place.

Pour vérifier que l’établissement d’enseignement offre des cours similaires ou dans le même domaine, il est conseillé de consulter la liste des établissements sur le site du Secrétariat d’Education supérieure du ministère de l’Education : http://portal.mec.gov.br/sesu/.

Pour obtenir des informations sur les formations de deuxième cycle (“graduação”) au Brésil, il est conseillé de consulter le site de l’INEP (Institut national d’études et de recherches dans l’éducation): http://www.inep.gov.br/.

Pour obtenir des informations sur les formations de troisième cycle (“pós-graduação”) au Brésil, il est conseillé de consulter le site de la CAPES (Coordination de perfectionnement du personnel de niveau supérieur) qui dispose de données sur plus de 3000 formations : http://www.capes.gov.br/.